« Sawako » ou « Kimi ni Todoke » de Karuho Shiina est un nouveau manga de la collection shôjo de Kana. Les 2 premiers tomes sont parus en ce début d’année 2009 et profitez-en vite, car les 2 ne vous coûteront que 9€ ! (woé gagnez du pouvoir d’achat !).
Pourquoi parler de ce shôjo ? Car comme « Hana Yori Dango », ce manga devient culte et connait un succès considérable au Japon !

Le récit épique d’une lycéenne réservée …

Sawako & ShôtaKuronuma Sawako est une lycéenne d’apparence lugubre et a très mauvaise réputation. Ses cheveux longs et noirs, son teint blême lui valent le surnom de Sadako, en référence au film d’horreur japonais « Ring ». Timide et ayant du mal à s’exprimer, elle se défend à peine du surnom que ses camarades lui donnent. Toute la classe la fuit.
Or cette élève brillante n’est que gentillesse et adore rendre service à sa classe, les tâches les plus ingrates et dont personne ne veut la rendent heureuse. Elle aurait pu être ignorée, persécutée, mais les dons occultes qui lui sont attribués, son intelligence et sa dévotion pour la classe, font que tout le monde l’évite.

Kazehaya Shôta est un camarade de classe de Kuronuma et est son total opposé : élève peu studieux mais très ouvert, généreux et spontané, il a la réputation de ne laisser personne dans son coin et a toujours le bon mot ou attitude pour mettre tout le monde à l’aise.
D’ailleurs beaucoup de filles de son ancien collège se sont inscrites dans le même lycée que lui.
Kazehaya est le seul à être convaincu de la pureté et de la douceur de caractère de Kuronuma. A contre courant de ce que pense les autres, il fera tout pour aider Kuronuma à s’exprimer et à s’ouvrir aux autres.

De gauche à droite : le professeur Pin, Yano, Kazehaya, Kuronuma, Sanada et Yoshida.

De gauche à droite : le professeur Pin, Yano, Kazehaya, Kuronuma, Sanada et Yoshida.

L’amitié qui nait entre Kuronuma et Kazehaya va faire jaser toute l’école et faire des jalouses, surtout que le caractère réservé et ambigü de Kuronuma est propre à générer ragots et quiproquos …

Au fil de petites aventures de Kuronuma, celle-ci fera la connaissance de la forte et attendrissante Yoshida Chizuru (qui ressemble comme deux gouttes d’eau à Uotani de « Fruits Basket »), de Yano Ayane une bimbo d’apparance et qui cache un grand coeur, de Sanada Ryû un ami d’enfance taciturne de Yoshida.

Tout ce beau monde apprendra à composer avec l’étrange caractère de Kuronuma, à l’aider à exprimer ses sentiments sans ambiguïté, et à casser sa coquille faite de timidité et de réputation malvenue.

!! Attention la seconde partie va dangereusement vous spoiler !!

Des débordements de questions … et de sentiments

« Sawako » est le type même de manga à lire pour se faire son opinion. Sous ses dehors de manga  aux traits légers, se cache un shôjo terriblement efficace que peu de lectrice ne peut réchapper …

« Sawako », c’est tout d’abord un manga privilégiant une ambiance et un état d’esprit : Kuronuma est une fille pure et adorable, qui une fois seule ou en pleine confidence avec Kazehaya, se laisse aller à la rêverie, exprime son amour pour autrui, pour la nature ou le travail bien fait. Elle doute beaucoup, se pose un peu trop de questions, car pour elle chaque chose de la vie ou chaque parole a un impact qu’elle étudie scrupuleusement. Sa candeur et son innocence sont attendrissantes, chez elle tout sentiment est nouveau. Sensible sans être niaise, sa vision de la vie et son souhait de se faire aimer des autres la rendent très positive. Et si elle rumine beaucoup ou est en pleine confusion, Kazehaya est là pour la guider.

Ses camarades ne lui connaissent que son apparente froideur et croient fermement qu’elle aime être seule. Mais qui souhaite rester seul ? Face à la solitude muette de Kuronuma, la classe de celle-ci fait montre d’hypocrisie. Loin d’être persécutée à l’école, Kuronuma vit à sa manière dans une scolarité faite de souffrance et de doute.
Les réponses à ses interrogations et pronostics interminables viendront de Kazehaya : elle doit briser, elle comme les autres, ce mur qu’ils ont érigé mutuellement. A elle de s’exprimer plus clairement, de dire ce qu’elle ressent, de ne plus être dans l’attente. Aux autres … Kazehaya se charge de leur ouvrir les yeux sur l’humanité et la gentillesse de Kuronuma.

A la réputation, l’auteure oppose l’entraide et les vrais sentiments. « Sawako » est un shôjo qui comme « Fruits Basket » souligne l’importance de l’amitié, du soucis d’aider l’autre et d’être aimé de manière désintéressée en retour. Autre point commun, la difficulté des personnages, hormis Kazehaya, d’exprimer clairement ce qu’ils ressentent et ce qu’ils souhaitent, sans paraître égoïstes. Mais ici point de magie ni de malédiction, et sous nos yeux étonnés les personnages s’attirent les uns les autres tout naturellement, les amitiés se créent et se nouent progressivement, dans une ambiance difficile, légère et souvent très bon enfant.

Les 2 premiers tomes sont assez denses, mais à la lecture de résumés des suivants, l’histoire tourne autour de l’idylle naissante entre Kuronuma et Kazehaya, et les ennuis inhérents à leurs réputations respectives.

Covers des tomes 1, 2 et 3

Covers des tomes 1, 2 et 3

Un shôjo manga, beau tout simplement !

Dans « Sawako » tout est spontané, sans fioritures, sans temps mort. Il suffit de jeter un coup d’oeil aux couvertures : elles sont un modèle d’efficacité ! Malgré le graphisme au premier abord un peu simple, les traits sont soignés et les personnages très expressifs.
Certains passages sont de vraies réussites ! L’auteure met en scène ses personnages et parvient à capter ça et là des expressions, des gestes ou des regards propres à émouvoir toute lectrice (fan de shôjo ou non) : nous devinons facilement le penchant de Kazehaya pour Sawako et l’encourageons, nous ressentons la joie de celle-ci lorsqu’elle rend service ou que ses amis témoignent de leur amitié.

« Sawako » est un shôjo manga d’une pureté et d’une limpidité des sentiments qui ne vous lâchent plus ! Sa lecture nous donne une impression de douceur et de fraicheur presque palpable, une sensation d’optimisme qui se poursuit après avoir terminé chaque tome.

En conclusion …

Entamée en 2005, cette série en 8 tomes se poursuit au Japon et est régulièrement en tête des ventes de manga, toute catégorie confondue ! Elle a su en quelques tomes concurrencer des lourds du shôjo comme « Nana » ou « Nodame Cantabile », et du shônen comme « Bleach » ou « Naruto ». Certaines fans japonaises en viennent même à la préférer à « Hana Yori Dango ».

32ème prix Shogakukan 2008, il est annoncé un drama pour avril (dont je ne connais pas encore le casting, suspens !) et une version animée dès septembre.

Attendre les épisodes de « Boys Over Flowers » et maintenant le tome 3 de « Sawako » prévu pour le mois de mai. Que d’épreuves pour les fans de shôjo …

Pour celles qui n’ont pas peur des spoils, voici un blog qui résume les chapitres les plus récents :
http://littlealice.vox.com/library/posts/tags/shiina+karuho/
Et un site proposant une belle galerie d’illustrations dont sont issues les images de ce post :
http://www.lovers-dream.fr/Galerie/galerie_kimi_ni_todoke.htm

Sawako & Co beautifying

0 Thoughts on “Sawako / 君に届け / Kimi ni Todoke / Reaching You

  1. tewww on 21 août 2009 at 18:38 said:

    Superbe article pour décrire ce merveilleux shojo !
    Ce que j’admire dans ce manga c’est que l’auteur arrive à rendre Sawako adorable et naive sans pour autant etre niaise (profil type des persos féminins de shojos).
    Bref j’ai eu un gros coup de coeur pour cette série, où chaque personnage est attachant !
    Ah, je suis complétement d’accord pour la ressemblance de Chizu et de Uotani de FB! J’aime bien le coté yankee héhé

    • Merci beaucoup pour ton avis sur cet article !
      En effet la grande difficulté du shojo est de transmettre des sentiments sans tomber dans le faux ou l’approximatif. « Sawako » est un manga d’une telle justesse qu’il m’arrive parfois de le relire, tant je doute toujours de ce concentré de qualités ! Et je retombe sous le charme à chaque fois (* _*)
      Moi aussi j’adore les yankee !! J’aime bien l’héroïne de « The Gentlemen’s Alliance Cross » (sans vouloir spoiler !).
      Ah tiens ça me rappelle qu’un nouveau tome de « Sawako » est sorti (° A°)
      <– s'impatiente d'aller l'acheter demain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation