Au menu : le Chemin des fleurs aka Pin to Kona, Chihayafuru, Hot Gimmick et un bonus stage  😉

Le Chemin des fleurs de Ako Shimaki

Chemin des fleurs Passionné et sensuel, ce shôjo manga raconte les mésaventures de trois jeunes dans le monde du Kabuki (théâtre composé uniquement d’acteurs). Entre un héros héritier qui a tout pour lui et ne fait rien, un autre devenu un parvenu de ce monde fermé et une héroïne passionnée du Kabuki, un triangle amoureux se forme au gré des pièces de théâtre et de leur apprentissage de la vie.
Moins dramatique et torturé qu’un Glass no Kamen, on y apprend beaucoup de l’univers de ce genre théâtral ainsi que ses sacrifices, que la réussite et le théâtre-même peuvent demander. Rien à redire au style graphique de l’auteur, dynamique et expressif.

Variante : un drama de 10 épisodes est sorti l’été 2013.

Chihayafuru de Yuki Suetsugu

ChihayafuruDernier coup de coeur en date, ce shôjo manga nekketsu pur jus vous entraine dans le sport qu’est le Karuta ! Et oui, ce jeu de carte demande réflexe, mémoire, stratégie, patience et beaucoup d’endurance ! Ici aussi, trois amis d’enfance forment un triangle amoureux, d’abord camarades de jeux puis potentiels adversaires, se transformant sous nos yeux en joueurs particulièrement redoutables. Le souffle nekketsu n’est pas sans rappeler Hikaru no Go, un côté chaleureux et énergique en plus ! L’histoire d’amour est passionnelle par le jeu, tout en tissant une délicate toile de sentiments …
Et je suis assez d’accord avec un ami, l’héroïne est naturellement belle, de par son caractère comme par son physique !

Variantes : un anime de 25 épisodes est diffusé fin 2011 ainsi qu’un OAV en 2013.

Hot Gimmick de Aihara Miki

Hot GimmickAlors ce shôjo … est à réserver à des lectrices un brin maso et adepte des manga harem ! Ou alors qui n’en sont pas allergiques ! L’héroïne est le portrait type un peu cruche et naïve, la « pureté » de ses sentiments pouvant en énerver plus d’une. Maaaais ne partez pas encore …
Vivant dans un shataku – résidence réservée aux employés d’une entreprise – Hatsumi vit sous le regard inquisiteur des épouses d’employés et de supérieurs de son père, et par chantage elle doit devenir l’esclave (sexuel !) de Ryôki, le fils du PDG. C’est sans compter les interventions de son frère ainé très protecteur Shinogu et l’arrivée de son amour d’enfance Azusa qui la sauveront … ou pas. Entre désillusions, trahisons et passé sulfureux, la lectrice a son comptant de sentiments et de tirades passionnés !
L’intrigue de ce shôjo est bien menée et ne joue pas la carte de la facilité … Ce manga brille aussi par sa galerie de beaux gosses aux caractères entiers, dont les gestes et les paroles retranscrivent parfaitement la flamme qui les habite !

Bonus stage : Secret Sweetheart de Aoki Kotomi

Secret SweetheartCe shôjo manga sulfureux a dévoilé les talents de cette mangaka en France comme au Japon ! C’est la réputation de l’auteur qui m’a motivé à lire ce shôjo, dont le pitch m’en avait plusieurs fois dissuadé, avant d’avoir feuilleté un Animeland.
Iku et Yori sont des frères jumeaux vivant heureux chez leurs parents, Iku est la gentillesse même (et un peu crétine -_-‘), Yori le beau gosse brillant de leur lycée. Mais Yori cache un lourd secret : il est éperdument amoureux de sa soeur jumelle Iku ! Ne pouvant plus retenir ses sentiments, sa confession sera le début d’un long chemin de croix pour nos jumeaux, pavé de mensonge, de jalousie et d’interdit.
Et oui c’est une histoire sur l’inceste ! Mais l’auteur ne dément pas sa réputation : malgré les dessins maladroits, les échanges passionnés et les monologues de Yori sont d’une intensité rarement égalée ! Ce personnage est d’une maturité inédite dans un shôjo, se projetant perpétuellement dans un avenir malheureux dont il se sait l’instigateur égoïste, mais ne sachant comment faire machine arrière et contenir ses sentiments.
Si vous dépassez vos a priori, et si les quelques scènes assez crues ne vous rebutent pas, ce shôjo fera valser votre coeur comme sur des montagnes russes !

Variantes : un OAV est sorti en 2005 et un film avec Jun Matsumoto en 2006.

>> Lire d’autres articles sur les manga et anime passionnés ou torturés ou dramatiques …

One Thought on “Le style passionné

  1. Pingback: Des manga et anime passionnés ou torturés ou dramatiques … | ~Alsea Blog Side~

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Post Navigation